Elections FEP-CFDT FONCTION PUBLIQUE DU 27 NOVEMBRE AU 4 DECEMBRE CCM / CCMMEP

                 Elections FEP-CFDT FONCTION PUBLIQUE

           DU 27   NOVEMBRE     AU 4  DÉCEMBRE     2014          

 

 

 

Cliquez sur le lien de l’académie de Rouen  pour récupérer votre adresse académique.
A partir de votre NUMEN et pouvoir accéder à votre espace électeur.

https://w3.ac-rouen.fr/scripts/messagerie2/validation.php

 

                      cliquez  sur le  tutoriel   et  suivez  les étapes ….

              Tutoriel : Comment voter aux  élections  CCM / CCMMEP

Edito


Les défis  à relever, les batailles à mener autant d’objectifs à se fixer jusqu’en décembre 2014.

Savez-vous qu’il existe des enseignants dans le privé sous contrat qui exercent dans le premier degré et sont payés depuis le premier janvier 2014 avec un salaire inférieur au Smic ?

Savez-vous également que ces mêmes enseignants vont recevoir de l’Etat une  indemnité différentielle  « la Gipa » (garantie individuelle du pouvoir d’achat) ?

Ils s’appellent des suppléants.

Et ceci  se passe en France ? Oui, oui !!!

Ils n’ont pas de perspective d’avancement car il n’existe pas d’échelle indiciaire pour eux.

C’est scandaleux, inadmissible, intolérable !!!

Peut-on parler de précarité chez les enseignants ? Oui il semble que ce soit le cas et pas seulement pour ceux que nous venons de citer. Notre campagne Fep-CFDT contre la précarité se poursuit, les pétitions peuvent toujours être signées et envoyées.

Mais, quand allons-nous, massivement, réagir contre la dévalorisation de notre profession ?

Si une occasion se présente pour manifester notre mécontentement, allons-nous la saisir ?

La revalorisation du point de la fonction publique est une priorité, la Fep-CFDT compte sur vous pour le crier haut et fort.

Nous comptons également sur vous, enseignants syndiqués pour voter et faire voter en décembre massivement pour la CFDT.

La représentativité de la FEP-CFDT est en jeu au niveau national et régional, tout comme le développement du et des syndicats.

Notre voix doit être entendue, notre voix doit compter, notre voix doit peser dans les choix qui seront faits.

Nous sommes confrontés à un déficit de reconnaissance tant de la part de l’Etat qui nous associe fort peu au dialogue social que de la part des employeurs des salariés des établissements. Preuve en est l’extrême difficulté à faire aboutir concrètement pour les personnels les indéniables avancées sociales obtenues par la confédération au niveau national.

Autre bataille à mener, celle des discriminations dans le travail.

Les femmes sont plus nombreuses à affirmer qu’elles en sont les victimes, sur des critères tels que la maternité, les absences, les salaires…

Les salariés de droit privé citent leurs origines ethniques, leurs nationalités comme étant source de discriminations.

On peut noter un accroissement important de ces phénomènes dans le contexte actuel de crise économique et de chômage. Les jeunes sont également touchés, notamment au moment de leur embauche puisque la première exigence de l’employeur concerne l’expérience professionnelle acquise. Il faut agir, chacun à son niveau, contre ces pratiques qui s’installent et même si nous avons l’impression d’être inutile, persévérer pour que l’équité de traitement devienne une réalité.

La tâche est immense, nous le savons mais le champ des possibles l’est également.

L’espoir est notre chance, entretenons-le c’est lui qui peut nous faire avancer pour gagner les prochaines élections.

Nous sommes tous concernés ! Mettons toutes nos compétences au service des causes que nous défendons pour inventer imaginer, créer le syndicalisme de demain.

Patricia Jouanneau