CONGRÈS CONFÉDÉRAL Rennes du 4 au 8 juin 2018

 LE CONGRES CONFÉDÉRAL DE LA CFDT

Il s’est déroulé à Rennes du 4 au 6 juin. Laurent Berger y a été reconduit dans sa fonction de Secrétaire Général de la CFDT. Lors de ce congrès :

  • Le rapport d’activité a été approuvé à 83,36%
  • La résolution a été adoptée à 87,89%
  • Marie Thérèse Debatisse Secrétaire Nationale Fep a été élue au bureau national avec 99,95% des voix

Le syndicat Fep-CFDT était représenté par Mado Eeckeloo et Diego Fernando Santos, jeune adhérent, qui participait pour la première fois à un congrès CFDT.

Vous trouverez, dans ce journal :

  • une photo le représentant avec Laurent Berger
  • son article qui décrit ses impressions
  • l’intervention du syndicat qu’il a lue

**************************************************************************************************************************************************************Intervention sur le rapport d’activité du syndicat Fep de Haute-Normandie au congrès confédéral CFDT de Rennes du 4 au 8 juin 2018.

Le syndicat de la Formation et de l’Enseignement Privé de Haute-Normandie souhaite apporter un éclairage complémentaire au rapport d’activité confédéral.

Nous ferons donc mention de l’importance de l’Education des jeunes et futurs citoyens par l’ensemble du corps enseignants public et privé confondus.

L’Ecole est par définition le lieu d’apprentissage indissociable de l’environnement professionnel du futur salarié.

L’Ecole, aujourd’hui est impactée de plein fouet par le changement de notre société, l’évolution des nouvelles technologies, l’adaptation indispensable des enseignants à un nouveau public d’élèves.

C’est dans un contexte complexe, tourmenté, que nous avons à faire face aux nouvelles exigences du métier. C’est également depuis quelques années un manque de reconnaissance totale de la profession et du travail effectué. En plus, pour nous, enseignants de l’enseignement privé, nous subissons le déni de notre existence dans les concertations initiées par le ministère. C’est une honte !!

Les règles changent, ainsi l’évolution du Code du Travail nous concerne tout particulièrement, car dans les établissements privés sous contrat, les salariés de droit privé et les enseignants ne sont pas toujours accompagnés avec sollicitude par un grand nombre de chefs d’établissement qui ignorent ou méprisent le dialogue social et s’approprient les textes qui les servent au détriment des conditions de travail de tous les personnels !

Oui ! Nous agissons dans notre syndicat aussi souvent que nous le pouvons et dans la limite de nos propres ressources humaines pour :

  • Construire un progrès social pour tous
  • Rechercher de nouveaux modes de développement
  • Instaurer une démocratie plus apaisée

Mais que d’inertie, d’indifférence et d’incompréhensions face aux initiatives que nous prenons et aux actions que nous menons !

Alors dans ce contexte parfois hostile, « faire de la QVT un véritable objet social » oui, nous le revendiquons comme objet de négociation ! Mais pas que !

Former ensemble au dialogue social les personnels et les directions, constitue un objectif que nous ne pourrons pas atteindre seul. Le chemin est parsemé d’embuches, le corporatisme est un ennemi difficile à vaincre, les réticences de part et d’autre seront un frein que nous ne pourrons négliger. C’est une opportunité à saisir face aux évolutions inéluctables de notre société.

Comme le rapport d’activité le souligne, pour notre syndicat il est fondamental que nous soyons partie prenante des transformations sociales et du caractère réformiste que nous donnons à nos actions et à nos prises de position. Ceci nous permet de participer à l’élaboration d’un nouveau syndicalisme en tissant des liens vecteurs de l’émancipation des travailleurs de notre champ professionnel mais également des liens porteurs d’un rapprochement efficient et constructif entre personnel et direction.

« La santé au travail » est plus que jamais un sujet qui nous demande beaucoup d’énergie. Or nous savons tous que dans un environnement de travail apaisé, personnel et direction œuvrant dans le même sens, l’imagination et la création sont forces de proposition et peuvent aboutir à l’innovation. Car aujourd’hui il est urgent de rechercher quel type de syndicalisme nous serons en mesure de proposer pour les années à venir ? Le réformisme ne suffira pas à faire adhérer !

L’engagement des jeunes est bien différent de leurs aînés. Il est ponctuel, choisi par convictions, vécu intensément sur un court terme, il est motivé par le besoin d’agir et celui de peser sur des décisions. Tout cela est à prendre en compte dans notre approche du développement.  De même il nous a fallu accepter les adhésions éclairs de 3 mois, celles qui assimilent le syndicat à un bien de consommation courante ! C’est en déclinant « chacun est une richesse » que l’on parvient à changer son approche des choses et à utiliser son énergie au service du développement du syndicat.

Que dire des petites structures ! Elles sont le parent pauvre du syndicalisme ; Les pressions internes, les menaces parfois privent nos collègues de la liberté d’adhérer par peur ! Bien souvent nous intervenons sur des situations critiques qui se sont détériorées au fil du temps. Que représente le dialogue social pour ces personnels mis en difficulté dans leur vie professionnelle ?

Dans ces structures les délégués du personnel n’existent pas et la souffrance au travail est une réalité vécue. La question « comment instaurer un dialogue social ? » reste entière.  Il faut trouver des solutions et des réponses.

La signature des protocoles pré-électoraux auxquels le syndicat répond à chaque demande est un outil performant pour se faire connaître mais là encore les petites structures comme les petites écoles en sont exclues.

La proximité, spécificité CFDT, répond à une attente évidente des salariés. Nous utiliserons cet outil tout au long de la campagne de la fonction publique.

Ainsi donc un paysage social et syndical bousculé c’est vrai mais n’est-ce pas l’occasion, justement, d’évoluer vers de nouveaux schémas et des modes de fonctionnement adaptés aux générations montantes.

Le travail change mais pour les travailleurs il doit devenir une source de bien-être et non de souffrance. Le syndicalisme doit permettre de faire émerger un dialogue social constructif partout où cela est nécessaire ! Ce n’est pas une chimère !

**************************************************************************************************************************************************************

LE 38ÈME CONGRÈS FÉDÉRAL SE TERMINE : UN BUREAU FÉDÉRAL ET UNE COMMISSION EXÉCUTIVE ÉLUS PAR LE CONGRÈS

La Commission Exécutive (CE) de la Fep

LAMOUR Bruno Nord Pas-de-Calais (Secrétaire général)
ROLLAND Stéphane Provence (Trésorier)
BARDY Damien Auvergne
BATHELIER Albane Champagne-Ardenne
BERGAMELLI Monique Bourgogne
CASSARD Brigitte Loire-Atlantique
DEBATISSE Marie Thérèse Loire
DEBOUTTE Alain Provence
LEH Corinne Meurthe-et-Moselle Meuse
LEON Diego Haute-Savoie

                                               Le Bureau Fédéral (BF)

ARSLANE Akila Champagne-Ardenne
ARZUR Françoise Finistère
BENQADI Yassine Midi-Pyrénées
BERLEMONT Carole Picardie
BONGAIN Philippe Franche-Comté
CALDAS COSTA Philippe Centre Val-de-Loire
CHALAS Sylvie Alsace
CLAES Nadia Nord Pas-de-Calais
CZERNIAK Jean-Michel Nord-Pas de Calais
DASPAS EL ASSAOUI Nathalie Lot-et-Garonne
DARGNIES Magalie Loire-Atlantique
FOSSET Ingrid Bourgogne
GELY Serge Ardèche
GENDRINEAU Marie-Laurence Poitou-Charentes
GINET Valérie Paris
GUITTON Alexis Meurthe-et-Moselle Meuse
HABAUZIT Pascal Auvergne
HASTOY Serge Pays Basque
HEUZE Dominique Basse-Normandie
JEANNEAU Hervé Poitou-Charentes
JOUANNEAU Patricia Haute-Normandie
LAMBERDIERE Laurent Côte d’Azur
LAMICHE Sylvain Limousin
LEBLANC Jean-Christophe Hérault
MAGLO Martin Mawulé Komi Synafor
MARECHAL Laurent Loire
ORECCHIONI Pascale Rhône
PERRIN Pierre Finistère 

 

Un site utilisant Réseau fep