Nos actions et revendications

REVALORISER LES SALAIRES DES ENSEIGNANTS

Aujourd’hui, dans tous les territoires et de plusieurs manières, la Fep-CFDT se mobilise pour mettre sur le devant de la scène politique les sujets des rémunérations et du pouvoir d’achat des enseignant·es.

L’accord PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations) ou encore la prime Grenelle sont des mesures certes intéressantes mais qui restent très insuffisantes. Le métier perd en attractivité car les enseignant·es ne sont pas rémunéré·es à la hauteur de leur engagement. Les salaires, en France, sont en deçà de la moyenne de ceux des pays de l’OCDE.

La Fep-CFDT, depuis plusieurs mois, demande :

  • l’indexation du point d’indice sur l’inflation ;
  • l’augmentation du nombre de points d’indice pour toutes les grilles ;
  • la création d’un 8e échelon pour le grade de la Hors-classe afin de tenir compte de l’allongement de la carrière.

Ces trois pistes, indissociables, étaient présentées dans un article sur notre site, dès le mois de mai 2021.

https://fep.cfdt.fr/portail/formation-enseignement-prives-fep/systeme-educatif/grenelle-de-l-education/revaloriser-les-salaires-des-enseignants-srv1_1178477

Durant toute cette journée, nos adhérent·es sont invité∙es par nos 42 syndicats locaux à envoyer dans les rectorats et les Draff un courriel rappelant nos revendications en termes de salaire. Vous pouvez rejoindre cette opération en contactant le syndicat fep cfdt Haute Normandie.

Mais notre action ne s’arrêtera pas là car, comme l’a affirmé récemment Laurent Berger, les sujets des rémunérations et du pouvoir d’achat ne peuvent rester absents de la campagne présidentielle.

Dès la semaine prochaine, nous interpellerons les responsables politiques sur nos revendications. D’autres actions sont prévues dans les semaines et mois à venir.

 
La Fep-CFDT

*********************************************

VERSEMENT DES SALAIRES : LA FEP-CFDT ÉCRIT AU MINISTRE

Est-il normal de travailler, dans des conditions souvent difficiles, sans recevoir de salaire à la fin du mois ? Pour l’État, cela ne semble pas poser de problème, puisque nombre des maîtres délégués de l’enseignement privé sous contrat qu’il emploie, n’ont toujours pas été rémunérés, alors qu’ils sont en poste depuis début septembre.

Comportement indigne de l’État

Cette situation perdure malheureusement depuis des années, malgré les promesses des ministres successifs d’y remédier. La Fep-CFDT dénonce cette négligence indigne de l’État à laisser plusieurs mois sans salaires certains de ses enseignants. Elle a adressé en octobre une lettre à Jean-Michel Blanquer pour lui demander de procéder au versement immédiat des sommes dues et de régler, une bonne fois pour toutes, ce problème récurrent.

À un moment où l’attractivité du métier pose un réel problème, comment accepter une précarité accrue pour ces enseignants, alors qu’ils ont à cœur de remplir leur mission, souvent en exerçant dans 2 ou 3 établissements au début de leur carrière ?¹

La Fep-CFDT continuera de défendre leurs droits.

*************************************************************************

Un site utilisant Réseau fep